probleme bonus malus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
On suppose en outre qu'aucune autre considération morale (amour du travail bien fait, réputation, perspectives futures, etc.) n'entre en ligne de compte : le principal comme l'agent agissent seulement en fonction de leur revenu dans cette affaire.
L'auteur considère le marché des voitures d'occasions.En effet, les fehrenbach bingo ersatzteile vendeurs de voiture de bonne qualité sont prêts à acheter une quantité a displaystyle a de certification.C'est la base du système des bonus / malus.Ils comparent donc l'état où les bonnes voitures sont signalées, et où ils vendent les mauvaises au prix p displaystyle p, et celui d'indifférenciation, où les mauvaises sont vendues à U ( P a ) q p ( 1 q ) displaystyle U(Pa)qp(1-q).84, no 3 (août 1970 p).«Je ne veux pas limposer, ajoute-t-il.Lui faire supporter tous les risques est alors optimal.Il bénéficie donc d'une rente informationnelle.Mais, si les rendements sont décroissants (hypothèse plausible il vient un moment où un effort de 1 du métayer augmente le profit de moins de 2, et donc augmente le revenu du salarié de moins de 1 : le métayer y perd.Supposons maintenant que le propriétaire lotto niemcy sroda examine les différents moyens d'exploiter sa terre vus plus haut.Formulation mathématique modifier modifier le code Bien que cela ne soit pas le but premier de son article, une excellente formulation du problème peut être trouvée dans l'article The Market for Lemons 1 (marché des voitures d'occasion) d' Akerlof.Le problème est donc que l'agent, qui a la valeur de l'information désirée par le principal, ne peut pas être différencié de celui qui prétend l'avoir (au sens où il peut créer une information de toutes pièces sans que le principal ne puisse le vérifier).Dans le cas du métayage, le propriétaire prélève une part q 0, 1 displaystyle qin 0,1 de la récolte.Finalement, le contrat sélectionne donc les clients dont l'assureur ne voudrait a priori pas (car ils lui font perdre de l'argent et n'intéresse pas ceux qui lui rapporteraient le plus.
Le profit global est limité, et le revenu du propriétaire également.
Il est alors clair que displaystyle Pi * est le profit maximal que peut faire l'assureur.




Il est possible de montrer que sous certaines conditions, ce bien permet de signaler les vendeurs de voitures de bonne qualité.De même on peut supposer que c ( ) displaystyle c(theta ) est croissant en displaystyle theta.En l'absence de ces informations, le propriétaire sait seulement qu'il peut exiger un fermage un peu supérieur à ce qu'il obtiendrait en métayage (ce qui ne lui sert à rien, à défaut d'avoir un métayage de référence et il doit plutôt proposer un métayage.On suppose que le propriétaire ne peut pas juger directement du travail de l'exploitant.Pour résoudre ce problème, l'assureur peut améliorer son information sur l'agent (l'assuré par exemple en prenant en compte dans le contrat les accidents passés de l'agent, qui informent sur sa qualité de conducteur.Comme tout les autres une sacrée bande de branquignoles au pouvoir.Mode HS/OFF, alors quand on voit ça le prétexte écolo ça me fait bien marrer, pour relancer les ventes de diesel ils ne s'y prendraient pas mieux.

La mesure a-t-elle a été abandonnée?